top of page
2021-01-01_165615_edited.jpg
HISAEZ000144V01.jpg
HISAEZ000185V01.jpg
HISAEZ000153V01.jpg
2021-01-01_164718.jpg
2021-01-01_162350.jpg
2021-01-01_161911.jpg

Le Karelshaff et son histoire

Le "Karelshaff" est situé sur une colline entre Colmar-Berg et Mertzig ou Michelbouch. Construit en 1817 par Karl Daumartin, le bâtiment servait à l'époque de pavillon de chasse, fréquenté aussi bien par les classes sociales nobles que par la noblesse. Outre sa fonction de pavillon de chasse, le bâtiment était construit de telle sorte qu'il était également possible d'y élever des troupeaux de moutons. Ces troupeaux de moutons tournaient autour des bâtiments afin d'éviter que tout soit envahi par la végétation et les buissons.  Jusqu'à aujourd'hui, la région est restée isolée des agglomérations et entourée de nombreuses zones boisées. Cela s'est avéré idéal pour la chasse, mais aussi pour l'intimité souhaitée par les hôtes princiers des environs. De plus, il faut mentionner que ce terrain de chasse se trouvait non loin du "château de Berg", qui est aujourd'hui le château grand-ducal de Colmar-Berg. C'est ainsi que le "Karelshaff" est devenu la propriété de la famille grand-ducale luxembourgeoise à la fin du 19e siècle, peu après la nomination du grand-duc Adolphe. Guillaume IV, grand-duc héritier de Luxembourg, s'installa alors dans l'actuel château grand-ducal et continua à utiliser le "Karelshaff" comme pavillon de chasse. Quelques années plus tard, le "Karelshaff" a été mis en location, ce qui a suscité l'intérêt de plusieurs personnes. En 1906, la famille von Roesgen signa le contrat de location.

 

En 1949, le "Karelshaff" a été vendu par la famille grand-ducale et a été acheté par Charles von Roesgen pour être utilisé comme exploitation agricole. Comme Charles von Roesgen et sa famille entretenaient de bonnes relations avec la famille grand-ducale, le "Karelshaff" a continué à approvisionner le château en nourriture pendant de longues années. En outre, le Grand-Duc Jean et sa famille venaient souvent en visite privée à la ferme et entretenaient ainsi des contacts avec la famille von Roesgen. Il faut noter que Charles de Roesgen est devenu bourgmestre de Colmar-Berg en 1957 et a exercé cette fonction jusqu'en 1970. 

 

Lorsque Charles von Roesgen a pris sa retraite, son fils, Franz von Roesgen, a repris la ferme avec son épouse Marianne Kayser (1957). En 1959, leur fille Alice von Roesgen est née et s'est mariée en 1986 avec Jean-Louis Colling. Ni Alice von Roesgen, ni son mari Jean-Louis ne travaillaient à l'époque dans le secteur agricole. Alice travaillait comme employée de bureau pour une firme américaine, et Jean-Louis comme banquier dans une banque luxembourgeoise. Lorsque Franz von Roesgen a pris sa retraite en 2000, Alice et Jean-Louis Colling-von Roesgen ont repris la ferme. Depuis 2002, le "Karelshaff" est exploité selon les directives de l'agriculture biologique.  Aujourd'hui, la ferme est une "ferme de démonstration bio" connue et reconnue. En collaboration avec l'IBLA (centre de référence pour la recherche et le conseil dans le secteur biologique au Luxembourg), le "Karelshaff" met à disposition des surfaces où des recherches sont menées afin de développer une agriculture durable et biologique. Le "Karelshaff" est également connu pour la vente directe de viande de bœuf et de poulet bio. En 2020, leur fils Grégoire Colling, qui travaillait auparavant comme éducateur social, a rejoint l'exploitation agricole.

 

Le "Karelshaff" et son rôle pendant la Seconde Guerre mondiale

L'extrait suivant provient de la source suivante : https://www.tageblatt.lu/headlines/das-verbrechernest/(22.08.2018) et sert à expliquer le rôle joué par le "Karelshaff" pendant la Seconde Guerre mondiale.

 "En lisant notre article intitulé "Du pavillon de chasse à la ferme", certains de nos lecteurs ont vu leurs souvenirs remonter à la surface. L'un d'entre eux nous les a communiqués par courrier. Il s'agit d'événements qui se sont déroulés à l'époque de l'occupation nazie. "Comme l'indique l'article du Tageblatt du 10 août, la famille Von Roesgen gérait déjà à l'époque le Karelshof, qui était la propriété de la famille grand-ducale. Les nazis s'étaient alors rapidement approprié la ferme pour la revendre à un compatriote allemand. Un homme de Trèves a acheté la ferme pour un prix absolument « ridiculement bas", explique l'auteur de la lettre susmentionnée.

Selon lui, cela aurait eu pour conséquence à l'époque que la famille Charles von Roesgen aurait dû quitter la ferme. "Cela aurait été une véritable catastrophe non seulement pour la famille, mais aussi pour tous ceux qui étaient accueillis par la famille à la ferme ou cachés au « Karelshaff » des nazis. Parmi eux se trouvaient des réfractaires à la guerre, des résistants, un contremaître de l'Arbed, un cousin et mon père, un jeune avocat, ainsi que ma mère et moi-même", explique Dony Calmes.

Peu après, on reprocha à l'acheteur de Trèves d'avoir acheté la ferme uniquement pour y placer son fils et le protéger ainsi de l'enrôlement forcé dans la Wehrmacht. Les nazis lui reprochèrent d'avoir trahi deux fois sa patrie par son action. L'homme de Trèves est alors entré dans la clandestinité. Ce n'est qu'après la libération que l'on entendit à nouveau parler de lui. Il voulait jouir de "ses biens", mais lorsque cela lui a été refusé, il a même porté l'État luxembourgeois devant les tribunaux. Là, le procès de Trèves a été bref".

 

Deux pilotes américains sont cachés

Dans cette section, nous nous penchons sur une autre histoire qui s'est déroulée pendant la Seconde Guerre mondiale. L'article est tiré du Tageblatt du 22 août 2018, qui raconte comment le "Karelshaff" a coopéré avec la Résistance pendant la Seconde Guerre mondiale, sous une couverture :

" Dony Calmes se souvient aussi du petit matin du 23 août 1943 :

"Mon père avait tracé un premier sillon avec son attelage de chevaux dans un champ le long de la route d'Ettelbruck, lorsque deux pilotes américains en uniforme arrivèrent sur le chemin, complètement épuisés et visiblement très malades. Ils ont demandé de l'aide à mon père. Ils faisaient partie du 532e escadron d'aviation, stationné en Angleterre. Ils avaient pour mission de bombarder l'usine SKF (fabricant de roulements à billes) de Schweinfurt le 17 août 1942. Lors de leur vol de retour, leur Boeing B-17 ("forteresse volante") a été abattu près de Coblence. L'équipage à bord s'est sauvé en parachute, mais a été arrêté au sol par les Allemands. Seuls les deux pilotes devaient s'en sortir. Ils voulaient se frayer un chemin jusqu'à Anvers à l'aide d'une boussole et d'une carte". Les deux Américains furent alors cachés dans une maison annexe du château grand-ducal (non loin du Karelshof donc) où ils furent soignés. En plus de vêtements civils, ils reçurent de nouveaux papiers d'identité et, grâce à un réseau de résistants, furent emmenés jusqu'en Angleterre. Leur séjour au Luxembourg avait duré deux mois. Cet événement a entraîné l'arrestation de mon père et d'autres coopérants par la Gestapo en octobre 1943", poursuit Dony Calmes. "Je voulais rendre ces informations publiques pour montrer que le Karelshof était une importante plaque tournante des services secrets et de la résistance dans la région d'Ettelbruck et de Mersch pendant l'occupation nazie, grâce à la famille von Roesgen".

Les occupants de l'époque étaient sans doute parfaitement conscients de ce fait, puisque les hommes de la Gestapo auraient à plusieurs reprises qualifié le Karelshof de "nid de criminels" lors de l'interrogatoire du père de Dony Calmes à Hinzert". 

Avant d'être emmenés dans une maison annexe du château grand-ducal, les deux pilotes ont été cachés pendant plusieurs jours dans un petit bois situé juste à côté du "Karelshaff". La famille von-Roesgen a nourri les deux Américains épuisés et a contacté les tireurs de ficelles de la résistance. Après l'arrestation de Christian Calmes, le père de Dony Calmes, et de ses complices par la Gestapo, la famille von-Roesgen s'est occupée des familles restantes. Aucun des résistants arrêtés n'a mentionné Charles von-Roesgen comme aidant, car on savait qu'il s'occupait des familles restées sur place.

Hiver 1944-45

Durant l'hiver 1944-45, les Alliés et les forces allemandes se sont affrontées lors de l'offensive dite des Ardennes. En raison des combats acharnés dans les Ardennes, la région d'Ettelbruck fut incluse dans les combats qui durèrent plusieurs semaines. Le "Karelshaff" a été identifié comme un plateau stratégiquement important, car il permettait de pilonner la ville de Luxembourg avec l'artillerie. C'est ainsi que plus de 200 soldats américains, équipés de plusieurs canons à longue portée, d'avions de reconnaissance et de chars d'assaut, ont été stationnés sans hésitation dans la ferme. La ferme devint ainsi un lieu d'hébergement pour les soldats américains, avec une salle d'opération, un centre de commandement et des chambres à coucher.

Lorsque les troupes allemandes ont tenté de s'emparer de la position américaine lors d'une dernière attaque, celle-ci a toutefois échoué car l'approvisionnement en carburant n'était pas assuré. Les Allemands avaient tenté d'acheminer les munitions nécessaires dans les forêts entourant le "Karelshaff" à l'aide de calèches et de chars à bœufs, mais les troupes américaines ont rapidement soutenu cette thèse. Si les Allemands avaient pris le "Karelshaff", la ferme aurait très probablement été bombardée par les Alliés. La ferme a ainsi été épargnée par les bombardements. Cependant, le 24 décembre 1944, les forces américaines ont fêté Noël dans la grange de la ferme. Lors de la préparation de la dinde, un feu incontrôlé s'est déclaré et a fortement endommagé le côté gauche de la ferme. Le toit de la grange a brûlé, et les troupes américaines ont davantage pleuré les dindes brûlées que la grange détruite.  

Geschichte: Willkommen
bottom of page